Ne t’en vas pas- Paul Griffin

Image

Résumé : Rien ne préparait Céce, lycéenne réservée mais pleine d’avenir, à tomber amoureuse de Mack. Le jeune homme est tout son contraire : il a abandonné l’école, attire les problèmes comme un aimant et se passionne pour le dressage des chiens maltraités.
Quand ils sont ensemble, pourtant, la vie semble tellement plus facile. Céce prend confiance en elle et Mack parvient à gérer son agressivité. La grisaille qui les entoure disparaît sous les projets d’avenir. Mais Céce réussira-t-elle à apaiser pour de bon la colère tapie dans le coeur de Mack ? Jusqu’où, par amour, sera-t-elle capable d’aller ?

Extrait : Cent deux jours

Ce n’était pas parti pour durer si longtemps, surtout au début, pendant le premier mois. Tout allait dans le bon sens, tout semblait parfait. Des moments qui ne durent pas parce que les choses se dégradent toujours peu à peu. Mais pas pour eux. Pour eux, tout a commencé au beau milieu d’un après-midi estival, en un peu moins d’une minute et demie.
C’est arrivé dans une ville dont vous n’avez peut-être jamais entendu parler, mais des gens comme eux, vous en connaissez sûrement. Vous avez peut-être un ami comme eux, ou un collègue de travail. Vous en avez sûrement vu près de chez vous, dans les restaurants, dans la rue, en train de promener leur chien. On a l’habitude de dire «La belle affaire, ça arrive tout le temps !», ce qui est vrai jusqu’au jour où ça vous arrive à vous. Et alors, tout bascule, surtout quand vous vous retrouvez telle une épave à la dérive.
C’est arrivé par un jour ordinaire, comme pour la plupart d’entre nous. Un grain de sable, un nuage dans le ciel. Et quand ça commence, vous vous dites que ça ne marchera jamais, mais ça peut marcher, ça marche parfois. Ça marche.
Et puis quelqu’un fait une bêtise. Non. Quelqu’un perd le contrôle, dérape et là… Cent deux jours. Et puis c’est fini.

Le premier jour…

(Vendredi 12 juin, juste avant le changement de service)

Mack :
– Mauvaise nouvelle, dit Vico.
– Encore ?
– J’ai perdu le restaurant.
– Quoi ? Encore ! A cause d’une partie de poker sur Internet ?
– Oui, une catastrophe.
À califourchon sur un cageot renversé, Vico frappe des gousses d’ail. Il dit que ça le maintient en contact avec la terre, même si, dans cette ville, on ne voit pas beaucoup la terre, à cause du béton. Au Texas, en revanche, ça, c’est sûr, la terre, on la sentait bien.
– Je t’emmène avec Tony dans mon autre resto, dit Vico. Mais je ne t’ai pas déjà envoyé là-bas ? Pour remplacer Freddy, non ? Le jour de la Saint-Valentin ?
– Non, monsieur.
– Ce n’est pas loin d’ici. Tu pourras toujours y aller à pied. Tu verras, tu t’y plairas. L’ambiance est familiale. La mère de Tony y travaille. Sa soeur aussi.

Mon Avis : 

Céce est une fille discrète, Mack est tout son contraire et pourtant, ils vont s’aimer…

Cela faisait au moins deux mois que j’attendais de lire ce livre et j’ai été déçue, très déçue……

Déjà, on ne ressent pas les émotions des personnages, il n’y a pas d’action du tout. D’habitude, lorsque je lis un roman d’amour, je sens des picotements montés en moi quand les personnages tombent amoureux, là, je n’ai rien ressenti du tout.

C’est un livre à deux voix ce qui m’a un peu dérangée, je pense que j’aurais préféré avec un narrateur externe ou tout simplement que l’histoire soit raconté soit par Céce soit par Mack mais pas par les deux !!!

Pour conclure, c’est un roman qui est bien écrit, néanmoins je reste très déçue….

Ma note : 6/10

Publicités